A cette époque de l’année, sur les pelouses maigres et pentues à sol calcaire, fleurissent les Ophrys. Parmi les orchidées, le genre Ophrys est le plus riche en Europe avec plus de 200 espèces dont 50 en France. D’après des experts suédois, « ces espèces émettent des substances volatiles attractives (phéromones) qui exercent un attrait sexuel sur les mâles d’insectes spécifiques, essentiellement des Hyménoptères ».
La classification des Orchidées est extrêmement complexe, mais avec un peu d’habitude on finit par les reconnaître au premier coup d’œil. Les Ophrys sont d’autant plus faciles à reconnaître qu’elles possèdent un labelle proéminent en position inférieure souvent velouté ou velu.

Ophrys insectifera (Ophrys mouche)

 

Cette année, les stations où j’observe habituellement deux espèces d’Ophrys (Ophrys insectifera et Ophrys fuciflora) sont quasiment désertes. J’ai seulement pu trouver un pied de chaque espèce. Depuis deux ans les Ophrys sont bien timides dans la région.

Ophrys fuciflora (Ophrys frelon, Ophrys bourdon)

 

Cette semaine sur les mêmes stations, j’ai pu répertorier d’autres Orchidées fleuries ou à fleurir (Limodore, Céphalenthère, Platanthère à feuilles blanches, Homme-pendu, Orchis pyramidal,…).