Panne de réveil ce matin. Il est 6h45 et je suis encore dans mon lit… Le sentiment de rater quelque chose m’envahit. Un quart d’heure plus tard je suis dans ma voiture, direction la réserve des Etournels. Arrivé sur place, le jour est déjà levé et la brume a quasiment disparu. Je me hâte vers mon poste d’affût habituel. Une heure plus tard les rayons du soleil commencent à percer à travers les arbres et pas la queue d’un sanglier en vue, j’ai effectivement dû rater quelque chose, les animaux sont déjà passés. Tout d’un coup du bruit dans les roseaux. Aurais je quand même de la chance ? Je m’apprête à déclencher lorsque sort des roseaux mon ami Patrice arrivé sur place bien plus tôt que moi. Pour lui la matinée a été bonne : biches, cerfs, sangliers… Maudit réveil !
Nous décidons de faire un tour dans la réserve et d’aller nous poster sur les bords du Rhône. Les chasseurs et les détonations de leurs fusils au loin semblent avoir mis sur leurs gardes les animaux du coin. Tout le monde est à l’abri des roseaux et des solidages. Rien ne bouge à part une colonie de Geais des Chênes dont les cris animent la cime des arbres.
Postés au bord du Rhône, juste en face de la grande îles nous discutons de nos expériences photographiques. De temps en temps le brame des cerfs et leurs déplacements dans les saules rabougris de l’île à quelques dizaines de mètres de nous, nous rappellent à nos déclencheurs. Mais ils restent invisibles à l’abri de la végétation. De temps en temps un Martin-Pêcheur vient chasser sur la berge opposée.

Vers 11h00, alors que j’étais près à quitter les lieux, un bruit important et des mouvements dans les saules nous alertent. Tout d’un coup un cerf pointe de le bout de ses bois dans la petite clairière sur la berge d’en face. Il se laisse photographier quelques instants avant de disparaître à nouveau dans la végétation.

Nikon D300s, Nikkor 300mm + multiplicateur 1.4, f/4.5, 1/125s

Peu de temps après un renard pointe également son museau. Il parcourt les berges et marque son territoire. Je n’ai jamais vu un renard traverser le fleuve. Je ne sais pas si cet animal nage. Il a dû passer sur l’île alors que le niveau de l’eau était très bas.

Nikon D300s, Nikkor 300mm + multiplicateur 1.4, f/4.5, 1/125s

Les berges de la grande île sont vraiment un endroit magnifique. Malgré l’envahissement de la végétation, elles sont toujours aussi animées.