« Chanteur infatigable, le rossignol domine le concert printanier par sa voix puissante et éclatante » (Guide des chants d’oiseaux de Bossus et Charron).

Très difficile à voir car immobile dans les buissons, il est encore plus difficile à photographier. On peut malgré tout l’entendre (et peut-être le voir) un peu partout dans la région.

Rossignol philomèle

Nikon D80, Nikkor 80-400mm f/4.5-5.6, ISO 200, f/6.3, 1/250s

Ce jeune rossignol de l’année a bien voulu poser pour une petite série de photos. On peut parier que l’année prochaine il sera bien plus discret…

Rossignol philomèle

Nikon D80, Nikkor 80-400mm f/4.5-5.6, ISO 200, f/6.3, 1/160s

[dewplayer:sons/rossignol_philomele.mp3]