Après quelques semaines d’absence de la réserve de l’Etournel, j’y suis retourné hier matin. Temps idéal pour surprendre les animaux : chaleur, sol sec et surtout un léger vent qui fait « parler » la végétation.  Il suffit alors d’être bien positionné pour s’approcher au plus près des sangliers. C’est comme cela que j’ai pu approcher cette femelle accompagnée de quatre ou cinq petits rayés.

Surpris par ma présence et menaçante, elle s’est interposée entre ses petits et moi le temps qu’ils détallent se cacher à l’abri des roseaux. Je n’ai pas bougé, elle a fini par détaller à son tour.