L’époque des foins est un vrai bonheur pour les prédateurs à poils et à plumes. Dans les airs les Milans noirs et les Buses variables repèrent beaucoup plus facilement leurs futures victimes lorsque l’herbe est coupée. Au sol les renards s’en donnent également à cœur joie.
Cet après-midi, un peu dépité de ne pas retrouver les Faucons crécerelle qui avaient élu domicile dans une vieille maison du hameau de Pierre, je me promenais à la recherche de mes prochains sujets photographiques lorsque dans un champ à l’herbe fraichement fauchée, j’aperçois un renard occupé à chasser les mulots.

Le goupil est trop concentré sur sa chasse, il ne m’a pas vu. Je m’allonge dans l’herbe et sors de mon sac à dos mon filet de camouflage sous lequel je me glisse immédiatement. Étape par étape je me rapproche. Je finis par me poster à un angle du champ où l’herbe n’a pas été coupée avec l’espoir qu’il vienne vers moi. La technique de chasse du renard est très caractéristique. Il procède par bons successifs afin de surprendre ses proies.

Les échecs sont nombreux mais parfois après une course poursuite sous l’herbe coupée, il finit par attraper un rongeur. Après avoir occis sa victime, il prend grand soin à la dissimulée dans un coin du champ avant de repartir à la chasse. Malheureusement un Héron cendré arrive et surprend notre ami goupil qui détale ventre à terre dans la haie la plus proche. Alors que je peste contre le volatile, le renard ressort de la haie un mètre derrière moi. Cette fois c’est moi qui suis surpris…