Ce matin, beaucoup d’activité dans la réserve de l’Etournel. Les maïs viennent d’être coupés pour l’ensilage et les champs bordant la forêt sont parcourus par les sangliers et les biches à la recherche de nourriture.
Alors que le brume est encore dense, une petite troupe de sangliers arrivent vers moi au grand galop, la lumière n’est pas suffisante pour déclencher mais la scène est étonnante. Je ne bouge pas surpris qu’ils ne m’aient pas vu. Enfin la bête de tête me repère au dernier moment et fait demi-tour instantanément entrainant tous les autres dans son sillage. Ils disparaissent dans la purée de pois.
Je rejoins enfin mon poste d’affût habituel après avoir surpris plusieurs biches et un cerf. Les animaux sont plus matinaux que la semaine dernière. A 7h00, la lumière est vraiment trop faible et mes tentatives de photographier à 2000 ISO une bande de 4 ou 5 biches ne donnent rien. Tout est flou. Quelques minutes plus tard et suivant les biches, un jeune cerf (daguet) traverse la clairière. Il est assez nerveux mais j’ai le temps de déclencher une vingtaine de fois. Sur la série très peu d’images sont à peu près nettes.

Nikon D300s, Nikkor 300mm, f/2.8, 2000 ISO, 1/80s

C’est le premier cerf de l’année et à 2000ISO le D300s ne s’en tire pas trop mal. Sur le chemin du retour, une petite halte au bord du Rhône confirme la présence d’au moins deux autres cerfs sur la grand île dont certainement un dix cors aperçu la veille depuis le lieu dit « Villard ». Il est 10h00 du matin et ils brament à tour de rôle. Certainement de beaux combats en perspective !

Nikon D300s, Nikkor 300mm, f/2.8, 2000 ISO, 1/80s

Pour Florian qui m ‘a envoyé un message hier soir, et un peu découragé de ne rien voir aux Etournels, j’espère que cet article t’aura remotivé… Il faut être patient et surtout persévèrent.