On oublie souvent qu’en photographie le paramètre le plus important est la lumière. Depuis des années que je fréquente le Jura, rares sont les moments où la lumière fait travailler mon imagination.
Tôt ce matin se sont donnés rendez-vous le givre, les nuages et le soleil. Les couleurs contrastées des arbres et des rochers sont magnifiées par une ambiance imprégnée de tons orangés, roses et gris.

Au bord des falaises de la Combe d’Enfer, la bise froide siffle à mes oreilles comme pour arbitrer le match entre les nuages et le soleil. Les mésanges noires ne font pas le malines et restent à l’abri des sapins. Les chamois sont couchés les uns contre les autres au milieu des falaises. Seule une Sitelle torchepot se risque au sommet d’un arbre mort.