Située entre deux barrages hydrauliques la partie du Rhône qui longe la réserve des Etournels est soumise à des différences impressionnantes de niveaux d’eau. D’un jour à l’autre des écarts de plus de trois mètres peuvent se produire et modifier le comportement des habitants de la réserve. Lorsque le niveau est bas les grands animaux peuvent quasiment traverser le fleuve sans se mouiller.

C’est au cours de ces « décrues » et à la tombée de la nuit que les sangliers sortent de la forêt et viennent fouiller la vase à la recherche de nourriture.

Ils en profitent également pour s’adonner aux bienfaits des bains de boue ou du moins des bains de vase…