Le courage d’une personne est inversement proportionnel à sa force physique. On pourrait appliquer cet adage à ce petit marcassin qui seul au milieu de la prairie bordant la réserve des Etournels est venu provoquer un groupe de chasseurs réunis pour la première battue de l’année.

Dépassant à peine des chaumes et occupé à chercher sa nourriture, le jeune animal n’a pas prêté attention au photographe accroupi sous son filet de camouflage à dix mètres de lui, ni au chasseurs en poste de l’autre côté de la voie ferrée.

Finalement plus inconscient que courageux, il a fini par s’interroger sur ma présence et a décidé de rejoindre rapidement la forêt toute proche. Mais après les battues administratives de la dernière saison de chasse où environ 160 sangliers ont été tués sur la commune de Collonges, la relève semble quand même assurée…