S’il existait un bio-rythme photographique le mien serait actuellement sans équivoque au plus bas… Ce n’est pas que les observations manquent, bien au contraire, mais observer n’est pas photographier. Après une semaine passée dans la réserve naturelle du Roc d’Enfer (Haute-Savoie) à essayer de surprendre Marmottes et Chamois, pourtant en grand nombre, je n’ai obtenu aucune image très intéressante. Seul un jeune Rougequeue noir s’est laissé prendre au jeu du photographe.

Ce jeune inconscient que les parents inquiets ne manquaient pas de rappeler à l’ordre lorsqu’il s’approchait trop près de mon téléobjectif, avait élu domicile dans les buissons autour de mon lieu de résidence. Très curieux, il était toujours là lorsque quelqu’un s’aventurait sur son territoire. Avide de fourmis et de sauterelles, il n’hésitait pas à prendre la pose lorsque l’on s’intéressait à lui.

La crédulité du Rougequeue noir a finalement pallié à la méfiance photographique des marmottes et des chamois…