Perdue entre la France et la Suisse, se trouve une petite pièce d’eau à la situation particulière. Artificielle, creusée à l’extrémité d’une prairie et bien dégagée de toute végétation, elle surplombe l’Allondon et sert d’abreuvoir aux chevaux et aux oiseaux de passage. Les grenouilles vertes y sont également extrêmement nombreuses pour la plus grande joie des Hérons cendrés.
Lors d’un bref affût, j’ai pu y observer quelques Bergeronnettes grises, une Bergeronnette des ruisseaux, des Étourneaux sansonnets, des Mésanges charbonnières, un Pic vert, des Chardonnerets élégants, un Rossignol philomèle et deux Hérons cendrés.

Il n’en reste pas moins que cette petite gouille est tout de même assez grande et complètement dégagée. Il est alors compliqué de se fondre dans le paysage et malgré un filet de camouflage, tous les visiteurs à plumes se  sont posés à plus de 20 mètres sur la rive opposée.