Le soleil se lève sur le Jura. Il est 7h30 du matin et j’arrive au Plat des Roches juste en dessous du Chalet Bizot. Ce chalet d’alpage est le dernier avant la descente vers le défilé du Fort l’Ecluse. Depuis quelques semaines les températures sont inhabituellement élevées pour la saison. La végétation a compris le message. Les Dentaires digités tapissent les sous bois et les Gentianes commencent à pointer le bout de leur nez.

Dentaire digitée

A cette altitude, les nuits sont encore fraîches et les chamois gardent encore leur toison d’hiver. Ce matin quelques mâles solitaires escaladent les falaises, les femelles et les petits de l’année dernière ont certainement regagné les pâturages un peu plus haut sur les crêtes.

Si les falaises sont calmes malgré le passage d’un Aigle royal, les arbres sont par contre le lieu d’une animation débridée. Un Pic noir parcourt la forêt dans tous les sens en poussant son cri caractéristique tandis qu’un couple de Sitelles Torchepots s’affaire à la construction d’un nid. Un Rougequeue noir immobile sur la branche d’un sapin mort regarde passer l’Aigle d’un œil inquiet. Les Pinsons des arbres se chamaillent et défendent leurs territoires avec vigueur.

C’est une magnifique journée de printemps, le bonheur n’est pas que dans le pré…