A force d’observer les sangliers de l’Etournel, je finis par connaitre tous les endroits où je peux les trouver  à coup sur. Ce dimanche en fin de ballade, je suis tombé sur une petite troupe de sangliers en train de fouiller la neige. Accroupi et en évitant de faire le moindre bruit, je me suis approché à une quinzaine de mètres du groupe sans qu’ils me voient. Bien camouflé dans ma parka et caché derrière un arbre j’ai pu les observer pendant plus de 20 minutes. Malgré la végétation abondante et le peu de lumière j’ai essayé de faire quelques photos mais mon autofocus n’est pas assez performant dans des cas aussi compliqués.

Nikon D80, Nikkor 80-400mm, f/5, 145mm, 800ISO, 1/13e

C’est ainsi que j’ai pu assisté à un accouplement de sangliers ou peu à un simulacre d’accouplement car le mâle me semblait assez jeune (photo ci-dessus). Le rut a lieu de novembre à janvier.
Il est également remarquable d’observer le travail de « terrassement » et le labourage harmonieux des prairies et des forêts de ces animaux qui passent ainsi beaucoup de temps à rechercher vers blancs, racines, tubercules et autres châtaignes pour se nourrir. Pendant tout ce temps ils étaient accompagnés d’un Rougegorge familier qui profitait de l’aubaine pour grappiller quelques larves, insectes ou autres vers.

Age et surnoms du sangliers :

  • De la naissance à 6 mois , c’est le marcassin avec son pelage caractéristique marqué de 5 raies parallèles or et roux allant de la tête à la queue,
  • De 6 mois à 1 an, le pelage s’allonge et devient entièrement roux, c’est la bête rousse,
  • A 1 an le poil s’épaissit et vire au brun noir, les défenses commencent à apparaitre chez le mâles, il prend alors le nom de bête noire ou bête de compagnie,
  • A partir de 2 ans il quitte le groupe de bêtes de compagnie et se regroupe avec des sangliers d’âges variés, il prend sa teinte définitive et on le surnomme ragot ou laie ragotée,
  • A la fin de la 3ème année le mâle prend le nom de tiers ans, puis de quartanier (4ans) et enfin de solitaire.