Après une dizaine de visites et une trentaine d’heures d’affût sur les berges de l’Allondon, les jeunes cincles ont enfin quitté le nid. Réfugiés sur rochers juste en dessous du nid, ils attendent avec impatience la venue des parents qui inlassablement continuent à les ravitailler en larves et insectes de tout genre.

cincle139-1

La présence de mon affût intrigue plus les promeneurs que les cincles. Des curieux n’hésitent pas à venir me voir pour me demander ce que j’observe tout en restant plantés debout plusieurs minutes à côté de moi et à chercher du regard cet étrange oiseaux dont ils ne connaissent même pas le nom. Parfois je suis même obliger de leur préciser que si je suis sous un filet de camouflage c’est pour ne pas déranger les cincles…

cincle148-1

Malgré tout ces dérangements les parents continuent imperturbablement à nourrir les petits. Ces derniers sont insatiables et doivent rapidement prendre des forces s’ils ne veulent pas finir dans l’estomac des nombreux prédateurs qui rôdent autour du torrent.

cincle149-1

Une semaine après avoir quitté le nid, les petits sont introuvables. Les parents ont également quitté les lieux. Épilogue heureux ou malheureux ?
Tout d’un coup un jeune cincle passe en volant au raz des flots. Je ne sais pas si en une semaine ces oiseaux sont capables d’évoluer aussi rapidement, mais je préfère y croire…

Vous pouvez retrouver la série sur les cincles en cliquant sur ce lien.

 cincle112-1