Les précipitations abondantes de ces derniers jours ont rendu l’Allondon plus impétueux que jamais. Le niveau de l’eau a encore monté et les Cincles ont vu leurs zones de chasse réduites aux bords du torrent là où le courant est un peu plus faible.

Malgré tout le nid a été construit dans les règles de l’art et le mâle passe maintenant tout son temps à chasser pour ravitailler la femelle qui semble couver (à moins que les petits soient déjà nés ?). Cette dernière quitte parfois le nid mais ne reste jamais très longtemps absente.

Lorsque le mâle, le bec plein de larves, arrive sous le nid, il émet de brefs sifflements et ne rejoint ce dernier que lorsque la femelle lui a répondu. Les périodes de repos sont rares et les fréquents allers et retours au nid occupent toute la journée des Cincles parfois perturbée par le passage des pêcheurs à la truite qui ne remarquent même pas ce passionnant petit oiseau.