Le renard a au moins une qualité qu’on ne pourra pas lui reprocher : la ponctualité. Cette fois c’est dans une prairie fraichement fauchée qui borde le village que j’ai surpris un goupil. Chaque matin il fait son apparition vers 6h00, mais comme tous les renards il est extrêmement farouche et détale à la moindre vue d’un bipède. La prairie est grande et à découvert, l’approche est donc impossible et il est préférable d’être sur place avant son arrivée. A la faveur de la mise en andains, j’ai pu me dissimuler dans le foin pour essayer de le surprendre.

Après trois tentatives infructueuses, il a fini par passer à quelques mètres de mon objectif. Mais un tas de foin qui fait « clic-clac » l’a quand même surpris… Il a repris sa chasse un peu plus loin.