Depuis quelques semaines le soleil a totalement disparu de la région. Un gros stratus stagne entre 800 et 1000 mètres sur le bassin genevois, immobile au dessus du lac Léman et bloqué par le Jura, le Vuache, le Salève et les Alpes. L’ambiance est donc plutôt morose surtout quand la pluie s’en mêle. La motivation est difficile à trouver pour aller se balader et c’est donc encore une fois l’occasion (et l’excuse) d’observer les mésanges du jardin. Le sujet cet après-midi était la Mésange noire.

Cette mésange qui affectionne les forêts de conifères, ressemble à une petite Mésange charbonnière décolorée. L’été elle passe souvent inaperçue mais l’hiver et la présence des mangeoires est l’occasion de l’observer.

Les mésanges noires du jardin sont extrêmement peu farouches et n’hésitent pas à venir aux mangeoires même en ma présence. Elles se nourrissent aussi bien au sol que dans les mangeoires suspendues et affectionnent tout particulièrement les graines de tournesol qu’elles emmènent dans les arbustes voisins pour les décortiquer.
Parfois du haut des tuteurs à tomates innocemment (…) oubliés dans le potager, elles observent les alentours en attendant qu’une place se libère aux mangeoires.