Après des premiers essais de photographies d’Odonates (Libellules, Demoiselles,…), grande est la tentation de retourner à leur rencontre dans un lieu où on est toujours à peu près sûr de les trouver en nombre : les marais des Etournels. Dès l’arrivée, on repère facilement de nombreuses libellules qui virevoltent à la surface des étangs, mais essayer de les photographier en vol relève de l’illusion et il est préférable de rester modeste et de rechercher les endroits dans la végétation environnante où elles se posent et de tenter de les approcher sans les effrayer.

Autant il est facile d’approcher les agrions au vol lent et court, autant il est extrêmement aléatoire d’approcher une grande libellule dont le vol supersonique est décourageant pour le photographe. Avec un objectif macro les tentatives restent donc limitées à quelques plans larges.

Avec un peu de patience, les agrions fournissent de nombreuses possibilités de cadrages qui permettent de ne pas rentrer bredouille d’un long après-midi sous un soleil de plomb.

La mise au point manuelle qui doit être millimétrique reste encore à améliorer…