Il y a quelques années une étude (empirique) menée par la Compagnie de la Baie d’Hudson au Canada, sur le nombre de fourrures rapportées par les trappeurs, a montré que le Lièvre à raquettes (espèce différente mais appartenant à la même famille que notre Lièvre commun) était une espèce sujette à des cycles de dix ans d’abondance et de rareté. Sa population s’élève à un maximum puis retombe à un minimum. A mesure que le nombre des lièvres augmente, celui des renards, des lynx et des martres, dont ils sont la proie, s’accroît également ; la diminution de la population de lièvres entraîne une chute rapide du nombre de prédateurs à fourrure. Ce phénomène s’observerait-il en Europe ?

Dans les prairies de la région, les observations de lièvres n’ont jamais été aussi élevées. Coïncidence ou phénomène identique à celui observé au Canada ? Malheureusement la saison de chasse va bientôt commencer et il y a fort à parier que les terrines de lièvre vont faire leur apparition sur les tables dominicales…

LE LIEVRE COMMUM

Nom latin : Lepus europaeus

Ordre : Lagomorphes

Famille : Léporidés

Technique : affût

Ils ont photographié le lièvre : Fabrice Cahez, Dietmar Nill, Alain Balthazard