Dans notre région, le niveau du Rhône est rythmé par l’activité des barrages de Pougny et de Génissiat. Régulièrement le niveau de l’eau baisse tellement qu’apparaissent ça et là des bancs de sable qui font le bonheur de certains petits passereaux comme les Bergeronnettes grises.

Ces dernières partiellement migratrices, ce sont rassemblées en octobre (voir article) avant de rejoindre des climats plus propices. Elles devraient revenir en mars, mais quelques individus du nord de l’Europe passent l’hiver chez nous. Toujours aussi peu farouches elles se laissent photographier à condition de garder une certaine distance.

Les Bergeronnettes profitent des bancs de sable laissés libres par le fleuve pour dénicher quelques vermisseaux imprudents qui se croient à l’abri au fond de l’eau. Suivre ces petits oiseaux qui virevoltent au milieu du fleuve demande un peu de concentration. L’œil rivé dans le viseur et attiré par le sujet on oublie parfois que le Rhône n’en est pas moins un fleuve dangereux et on se retrouve vite dans l’eau jusqu’aux genoux !