Voilà plus de deux semaines que le brame a commencé dans la réserve des Etournels et malgré une présence quasi quotidienne, aucune image originale de cerf à présenter… A cette époque de l’année la surprenante densité des cervidés permet de nombreuses et intéressantes observations, mais obtenir des images dignes de ce nom est un véritable défi. Peu de photographes s’aventurent au cœur de cette réserve à la végétation basse et extrêmement dense et toutes les photos que j’ai eu l’occasion de voir ont été prises sur les berges du Rhône ou dans les prairies bordant la réserve.

Il n’en reste pas moins une frustration de ne pas obtenir la photo dont on a déjà la composition à l’esprit. Mais la discrète beauté des cerfs et le charme timide des biches font de toutes ces rencontres des moments inoubliables. C’est aussi ça la photographie animalière. Le meilleur des capteurs est évidemment derrière nos yeux.

Discrétion au milieu de la réserve